"En dépit de l'acoustique de l'abbatiale qui choie les cordes et brouille les contours de la voix, Marie-Pierre Wattiez s'est jetée avec fougue dans les spectaculaires acrobaties d'airs tels "In Furore Justissimae Diae" de Vivaldi ou le "Canta in prato" tout aussi enivrant. On goûte cette énergie communicative, cette spontanéité lumineuse qui émane de la soprano, ses aigus risqués parfois sur le fil du rasoir, le tout accompagné des cordes chatoyantes de la Camerata St Rémi." (C. Richy, L'Union, mars 2011).
"There was real rapport between the audience and the two excellent musicians. Ms Wattiez’s voice is strong and pure, and her diction clear. There was no forcing on the high notes. She has considerable vocal resources which were much appreciated by the audience." (Marie Benoît, The Malta Independant on Sunday, avril 2010).
"Avec une grande maîtrise et une évidente autorité, la soprano Marie-Pierre Wattiez évite tout alanguissement en animant perpétuellement de l’intérieur ces pages qui ont rarement connu une telle ferveur." (Georges Duchatel, Ouest France, septembre 2006).
"Après avoir fait montre d'une voix de cristal dans un "Cujus animam gementem" aux belles projections, Marie-Pierre Wattiez entama avec son partenaire un époustouflant "Fac ut ardeat cor meum", dans lequel chacun semblait rivaliser  d'agilité dans les aigus." (Valérie Boillot, La Nouvelle République du Centre-Ouest, juin 2005).
"Marie-Pierre Wattiez enchaîna ensuite avec la redoutable Cantate BWV 82 "Ich habe genug". Sa diction allemande était particulièrement soignée, comme le montrèrent les récitatifs. Elle s'acquitta avec brio de la célèbre berceuse "Schlummert ein", accompagnée par des cordes onctueuses et fluides. La cantate s'acheva dans l'allégresse du "Ich freue mich" aux puissants ornements, longuement applaudis." (Denis Le Coniac, Le Télégramme, mai 2004).
"Marie-Pierre Wattiez nous livre une interprétation entière et impliquée des pièces vocales. Dès le trop rarement entendu "Justus germinabit sicut lilium" de Lallouette, on admire la projection stupéfiante, la voix pleine, affirmée, puissante, le phrasé lyrique et naturel. " (P. Bordenove, La Voix du Nord, juillet 2003).
"Marie-Pierre Wattiez, soprano, était dans son élément et nous a proposé une interprétation dans le style méditatif et concentré de l'auteur, tout en restituant le lyrisme émouvant de l’œuvre." (Pierre Schaeffer, Le Berry Republicain, août 2001).